Les conservateurs veulent contrer la privatisation des aéroports

Originally published: March 20, 2017

(Ottawa) Alors que le ministre des Finances Bill Morneau est à la recherche de nouveaux revenus afin d'assumer les coûts importants des promesses libérales, le Parti conservateur veut contraindre le gouvernement Trudeau à écarter l'idée de privatiser les grands aéroports du pays avant même le dépôt du budget fédéral, prévu mercredi.

Le gouvernement libéral alimente les craintes et les suspicions des partis de l'opposition et des dirigeants des autorités aéroportuaires depuis qu'il a commandé à la firme Crédit Suisse, en septembre dernier, une étude visant à analyser les avantages et les inconvénients de privatiser les 26 grands aéroports du pays.

Le mois dernier, l'Institut C.D. Howe a affirmé dans une étude que la privatisation de ces actifs pourrait rapporter au trésor fédéral de 7,2 à 16,6 milliards - une somme qui pourrait être utilisée pour financer les opérations de la nouvelle Banque de l'infrastructure que veut lancer le ministre des Finances d'ici la fin de l'année.

Le C.D. Howe est arrivé à ces estimations en se fondant sur des opérations du même acabit qui ont eu lieu en Europe, en Nouvelle-Zélande et en Australie au cours des dernières années.

Dans les années 80, le gouvernement fédéral a décidé de transformer les aéroports en organismes sans but lucratif, qui doivent payer pour l'occupation et l'utilisation des terrains fédéraux. Dans la grande majorité des cas, les baux sont échelonnés sur plusieurs décennies (2072 pour Montréal). La loi interdit aux aéroports de lever du capital-actions tandis que les profits réalisés doivent être investis dans les installations.

Read the rest at La Presse.